Apprendre la conjugaison : méthode pour réussir facilement et pas à pas

réussir en conjugaison

17h : le goûter est fini, vous vous êtes confortablement installés avec votre petit dernier (ou votre aîné, ça marche aussi!) pour attaquer les devoirs. Et là ! Votre gorge se noue, la boule au ventre revient lorsque vous voyez ce mot écrit sur le cahier de texte : CONJUGAISON !!!

Ca y est ! Vous vous imaginez encore passer la soirée à lui faire apprendre le nouveau tableau de conjugaison, à extirper péniblement quelques bonnes réponses aux exercices qui l’accompagnent, tout ça pour finir, votre enfant en pleurs et vous la tête à l’envers !

Vous trouvez peut-être que j’en rajoute un peu trop … Pas tant que ça ! La conjugaison est vraiment la bête noire de l’école et du collège. Du CE1 à la troisième au moins, vos enfants en mangent chaque année ! Et pourtant, après des heures passées à apprendre des tableaux de conjugaison et des pages et des pages d’exercices, cela semble rester un vrai mystère !

Pas de panique, je vais vous proposer ici une méthode, des astuces et une mine de ressources pour enfin, permettre à votre enfant de réussir en conjugaison !

Revoir les bases de la conjugaison

1/ Des notions à connaitre avant de commencer en conjugaison

Avant même de conjuguer un verbe, il est impératif que votre enfant sache :

  • qu’il y a des mots invariables et des mots variables : on peut lui demander de découper un petit texte en étiquettes-mots et de les classer en deux catégories. Ou alors, il peut souligner chaque mot, une couleur pour les mots variables, une couleur pour les invariables.
  • ce qu’est un verbe et savoir le retrouverretrouver un jeu ici
  • ce qu’est un sujet et savoir le retrouverretrouver un jeu ici
  • se repérer dans le temps de la phrase passé/présent/futur

Tout ça, avant même de conjuguer son premier verbe !

Une fois, au clair avec tout ça, alors là, vous pouvez lui proposer les activités ci-dessous !

2/ Pour bien démarrer en conjugaison

2-1/ Comprendre que le verbe change

Il change :

  • en fonction du temps
  • de la personne

et pour les plus grands

  • du mode (indicatif, subjonctif, etc)
  • de la voix (active ou passive)

Commencer par vérifier que votre enfant a bien compris ces histoires de changement du verbe en lui proposant des petits jeux de transformation à l’oral.

Par exemple : vous lui dites « le chien dort sur le tapis » et vous lui demandez de changer cette phrase en commençant par « les chiens ». Proposer des verbes où le changement s’entend à l’oral !

Vous pouvez proposer des phrases à transformer en changeant :

  • le sujet (le chien/les chiens mais aussi je, nous, etc)
  • le temps de la phrase (« hier le chien … »)

Ensuite on peut passer au premier ‘vrai’ exercice de conjugaison !

On lui propose, à l’écrit donc cette fois, une petite phrase simple : le chien joue dans le jardin. Et on lui demande de la mettre au pluriel. L’idée est qu’il comprenne bien qu’il faut rajouter -ent.

Ca c’est vraiment la base de la conjugaison ! Quand il a compris et qu’il sait appliquer de manière quasi automatique cette règle, il est prêt pour la suite !

2-2/ Connaître les pronoms personnels

Avant de commencer à apprendre la conjugaison de ses premiers verbes, il est vraiment indispensable que votre enfant connaisse la liste des pronoms personnels dans l’ordre sur le bout des doigts !

Vous savez le fameux « je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles ».

Inutile d’attaquer autre chose tant qu’il ne sont pas sus ! Le cerveau serait alors en surcharge mentale !

Pour apprendre cette liste, je vous renvoie à mon article sur les dictées de mots où je propose plein d’idées et de supports rigolos.

Les pronoms sont des mots très courts, vous pouvez donc utiliser des pâtes alimentaires pour lui faire écrire ! Ou encore de la peinture,  des feutres ‘spécial vitres’ ou toute autre idée amusante qui vous passe par la tête.

2-3/ Savoir 'démonter' un verbe

Alors là rien de mieux que des étiquette que l’on découpe. Vous écrivez des verbes à l’infinitif sur des étiquettes, votre enfant les découpe :

  • le radical d’un côté (on dit aussi la base)
  • la marque de l’infinitif de l’autre.
  • Et il rajoute la bonne étiquette avec la bonne terminaison.

Petite remarque : si vous entendez parler de désinence, c’est la même chose que la terminaison mais spécifique à un verbe. Et la base verbale, c’est la même chose que le radical !

Ces exercices peuvent vous paraître vraiment très simples. c’est clair que si votre enfant est en CM2 ou au collège, il faudra sans doute les modifier un peu pour les rendre moins « bébé ». Mais, j’insiste !

Revoir les bases est indispensable !!! Sinon vous allez avancer sur des sables mouvants !

3/ Des petits rituels plutôt qu'un long discours

C’est ce que j’ai fait avec une jeune que j’accompagne, chez elle. On a repris les bases tout en continuant à apprendre les tableaux de conjugaison.

Nous, on avait choisi de s’y mettre pendant les vacances. Je l’ai d’ailleurs trouvée super courageuse car elle était d’accord pour que je vienne la faire réviser l’été dernier.

A raison de 10 minutes de petits rituels de grammaire ou de conjugaison à chaque fois que je venais, on a bien avancé l’air de rien.

Chez vous, revoir les bases pourra se faire :

  • pendant les trajets en voiture
  • pendant une balade à pieds
  • tous le soirs après le goûter, avant la douche, après le repas, etc

Peu importe, comme toujours, l’important est que ce soit un moment qui vous convienne à tous les 2, le parent (ou tout autre adulte qui s’occupe des apprentissages) et l’enfant, le jeune.

Si votre enfant ne veut pas entendre parler de conjugaison lorsqu’il se promène au parc, vous n’allez pas l’embêter avec ça ! Si vous, vous êtes débordé, entre 18 et 19h, inutile de s’y mettre juste avant le repas !

Bref, comme toujours, je vous propose des outils et c’est à vous, parent et enfant de créer la solution qui vous convient ! Et pour cela, eh bien on se met d’accord à un autre moment que le temps des devoirs. On se pose une bonne fois pour décider ensemble comment on attaque ces révisions de conjugaison et après on s’y met et on s’y tient !

Je vous assure que j’ai eu, plus d’une fois l’occasion de m’en rendre compte : la conjugaison est bien trop souvent construite sur des bases qui ne sont pas solides ! Ce qui constitue souvent une des premières raisons d’échec en conjugaison. Et alors là c’est la mauvaise note assurée !

4/ Construire des bases solides

Il se peut que votre enfant soit passé à côté de ces notions de base lorsqu’elles ont été introduites en classe.

Diverses raisons sont possibles :

    • apprentissage de la lecture non fini à ce moment là
    • maturité insuffisante pour manipuler la langue
    • manque d’adaptations si dyslexie (ou autre) non encore diagnostiquée

et bien d’autres encore …

Donc, normalement, arrivé à ce stade, si vous avez suivi les étapes une par une, vous êtes sûr(e) que votre enfant sait :

    • ce qu’est un verbe
    • ce qu’est un sujet
    • qu’il a compris que le verbe change en fonction du sujet
    • que parfois, le changement s’entend à l’oral, parfois il ne s’entend pas.

Il va pouvoir alors commencer à apprendre (ou revoir) les premiers tableaux de conjugaison !

12 clés pour aider son enfant à apprendre, progresser et réussir

Astuces pour bien mémoriser les tableaux de conjugaison

Pour bien apprendre les conjugaisons des verbes, je vais vous proposer 3 pistes :

1/ Présenter les tableaux de conjugaison autrement

Si vous en avez la possibilité (je pense à ceux qui sont en Instruction En Famille ou dans une démarche de remise à niveau), présenter les verbes à apprendre d’une manière différente de ce qui se fait habituellement dans les manuels.

Qu’est-ce que j’entends par ‘méthode différente’ ?

Alors je rejoins complètement ceux qui proposent de commencer par montrer à l’enfant tout ce qu’il a à apprendre puis, seulement, de décomposer en petites parties. Je trouve que l’enfant a alors moins l’impression d’un puits sans fond. Cette méthode a l’avantage de mettre en évidence les régularités avant les particularités.

Voici un exemple avec la conjugaison des principaux verbes au présent. On peut faire remarquer à l’enfant que, quelque soit le verbe, on retrouve toujours :

    • nous → ons
    • vous → ez
    • tu → s
    • ils → nt
un tableau du présent pour réussir en conjugaison

Toujours pour aller du plus simple au plus complexe, je vous propose de présenter les verbes à apprendre, non pas en fonction des groupes de verbes mais plutôt par terminaisons.

Voici un exemple avec le passé simple :

apprendre la conjugaison pour le brevet avec une carte mentale

2/ Faciliter la mémorisation

Comme toujours, je vous recommande d’utiliser une présentation de ce qui est à retenir qui convient le mieux à votre enfant :

Utiliser tous les moyens qui vont faciliter la mémorisation :

    • un mot magique pour retrouver chaque temps ou mode

« Hier » → passé composé

« tout à coup le roi → passé simple

« Il faut que … » → subjonctif

« si j’étais, je » → conditionnel

    • repérer spécifiquement les homophones

chantons → une seule façon, pas de question à se poser

chante ou chanté → plusieurs façons, je m’arrête et je me questionne

    • repérer les verbes auxquels il faut faire attention (différents pour chaque temps)

présent : dire → vous dites ; faire → vous faites

futur : courir → je courrai

imparfait : faire → il faisait

etc

    • imaginer des mariages ‘temps simples / temps composés’

Maintenant, pour être sur de ne pas oublier la conjugaison des verbes, quoi de mieux que des jeux !

.

3/ Des jeux pour apprendre

Voici quelques jeux que vous pouvez trouver sur internet et d’autres du commerce :

Si vous avez utilisé toutes ces astuces (cartes mentales, jeux et moyens mnémotechniques), votre enfant doit normalement connaître ses tableaux de conjugaison sur le bout des doigts !

Reste maintenant à savoir les utiliser dans les phrases …

Du pas à pas dans les exercices de conjugaison

Bien souvent on saute des étapes et c’est là que ça ne va plus !

Niveau 1 : comme dans les tableaux, on commence par une phrase : pronom (verbe à l’infinitif) + reste de la phrase

jeu de conjugaison premier niveau

C’est la forme qui ressemble le plus au tableau à apprendre !

Niveau 2 : on ne donne plus le pronom mais la personne

Exemple : 1ère personne du singulier, verbe à l’infinitif + reste de la phrase

exercice de conjugaison deuxième niveau

Niveau 3 : on donne des phrases avec un groupe nominal + (verbe à l’infinitif) + reste de la phrase

Là, une difficulté supplémentaire ! Votre enfant va devoir changer le sujet donné par un pronom du tableau de conjugaison.

Il aura peut-être encore besoin de manipuler donc on peut lui donner la phrase sur une étiquette. On lui demande alors de découper le sujet, de le remplacer par la bonne étiquette pronom puis d’écrire la bonne terminaison du verbe.

Là, une difficulté supplémentaire ! Votre enfant va devoir changer le sujet donné par un pronom du tableau de conjugaison.

Il aura peut-être encore besoin de manipuler donc on peut lui donner la phrase sur une étiquette. On lui demande alors de découper le sujet, de le remplacer par la bonne étiquette pronom puis d’écrire la bonne terminaison du verbe.

Pour tous ces exercices d’entrainement, j’aime beaucoup la collection des cahiers Chouette. Ce sont des cahiers d’entrainement à la conjugaison :

Niveau 4 : faire des transformations

Comme dans les premiers exercices où il s’agissait de remplacer le chien par les chiens. Là c’est tout un texte qu’on remplace. Je vous propose deux liens affiliés :

Et toute une méthode de grammaire basée sur ce principe.

jeu de conjugaison Nathan
la grammaire au jour le jour

Et seulement à ce stade, on peut commencer à proposer des dictées !

Comme dans les jeux vidéos ou les ceintures de judo, c’est seulement quand votre enfant aura franchi les premiers niveaux d’exercice qu’il pourra être prêt pour les dictées !

Là aussi retrouvez les cahiers Chouette spécial dictées, toujours en lien affilié :

J’aimerais aussi attirer votre attention qu’il ne faut pas confondre :

    • comprendre les principes de la conjugaison = savoir écrire un verbe en fonction du sujet
    • mémoriser toutes les conjugaisons

Tant que les mécanismes de montage/démontage des verbes ne sont pas automatiques et/ou dans le cas d’enfants ayant un trouble des apprentissages par exemple, je propose de laisser les tableaux de conjugaisons sous les yeux.

L’important est qu’ils sachent conjuguer les verbes correctement pour exprimer au mieux leur pensée (avec sa terminaison, le verbe permet de savoir de qui on parle et à quel moment).

Et après les exercices de conjugaison ?

Une méthode pour réussir les dictées

Je ne vais pas détailler ici. Je consacrerai un article entier aux dictées.

Mais en attendant, vous trouverez dans ma vidéo une astuce infaillible pour aider votre enfant en dictée. Pour les pressés, rendez-vous directement à 16’12 !

Et dans les rédactions alors ?

Avant que votre enfant attaque son expression écrite, je vous suggère de lui demander de :

    • choisir le système de temps avant d’écrire :

→ imparfait/passé simple

→ présent / passé composé

    • choisir la ou les personne(s) : je / il (ils)

Il pourra alors écrire son texte, les tableaux de conjugaison sous les yeux.

Mais si cela lui demande encore trop d’effort pour s’arrêter d’écrire pour regarder sa leçon, proposez-lui d’écrire un premier jet (un brouillon) puis seulement dans un deuxième temps de revoir l’orthographe, la conjugaison avec lui.

    • Soit en vous mettant côte à côte et en lui posant des questions : où est le verbe ? Où est le sujet ?
    • Soit en lui dictant son texte pour qu’il en se concentre que sur l’orthographe, la grammaire.

Lire pour bien écrire

Rappelons-le ! Rencontrer fréquemment des textes écrits au temps qu’on étudie, aide vraiment à mémoriser la bonne orthographe des verbes !

Votre enfant pourra alors réaliser des collectes : des bouts de textes qu’il découpe en étiquettes et qu’il collectionne.

Exemples : des phrases avec des verbes au passé composé, des phrases au subjonctif, etc.

Il pourra aussi surligner d’une couleur différente chaque temps rencontré.

Exemple : une couleur pour l’imparfait / une couleur pour le passé simple.

Pour finir avec la conjugaison

Voilà, nous avons d’un bout à l’autre toutes les étapes pour réussir en conjugaison !

A la lecture de cette article, vous comprenez sans doute mieux pourquoi conjuguer un verbe est si difficile.

Je vous remets le lien de la vidéo. J’y explique vers la fin toutes les compétences mises en jeu dans la conjugaison.

Je vous les remets ici aussi afin que vous ayez tout cela en tête lors des prochains verbes à conjuguer !

conjugaison compétences

Je vous mets également des liens vers des conférences ou présentations qui expliquent toutes les difficultés et tout le côté inadapté de la manière dont la conjugaison est présentée et bien souvent enseignée à l’école :

Bon, vous êtes allé au bout de l’article ? Bravo ! Vous avez vraiment à cœur d’aider votre enfant !

Comme toujours, rappelez-vous que vous aussi, vous allez avancer pas à pas. Le plus difficile est souvent de faire le premier !

Alors, n’hésitez pas à raconter, partager dans les commentaires quel est votre premier pas en conjugaison ! On est là pour s’encourager et motiver les autres !

Pour partager c'est ici :
4

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. chefakali dit :

    il ya pas des téléchargement gatuite merci

  2. Ahlam dit :

    Bien expliquer

  1. 16 février 2019

    […] – des difficultés en français : est-ce la lecture qui pose souci ? Ou plutôt des difficultés de compréhension ? Un blocage pour écrire ? Des difficultés en orthographe ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.