Comment réagir face aux mauvaises notes de son enfant ?

Je vous propose dans cet article une méthode en 7 étapes pour passer de la découverte d’une mauvaise note au plan d’action ; pour sortir du conflit avec son enfant dans lequel nous a peut-être mis cette mauvaise nouvelle, ou reprendre courage après ce terrible moment d’abattement et avancer ensemble vers plus de réussite.

Etape 1 : prendre le temps de se calmer

Quand on a entre les mains le bulletin, le livret scolaire de son enfant ou son dernier contrôle et que, une fois encore, c’est la déception voir la catastrophe, bien souvent on ne sait plus comment réagir ! Que ce soit au niveau des notes, des appréciations ou des deux, quand on constate que son enfant n’a pas réussi, que ses résultats ne sont pas à la hauteur de ce que nous attendions, il y a de quoi être un peu perdu !

Avant d’en parler avec son enfant, il est donc impératif de laisser passer la vague qui peut nous submerger : COLERE, TRISTESSE, ABATTEMENT … Quelle qu’elle soit, je vous recommande de commencer par prendre un temps pour vous à l’annonce d’une mauvaise note.

Nous sommes des êtres humains, nous réagissons avant tout avec nos émotions ! C’est absolument normal ! Et une émotion, c’est comme une vague, elle arrive d’un coup et repart très vite.

Donc quand la vague est là, pensez à tout ce qui peut la faire redescendre plus vite : parler à quelqu’un, aller marcher, courir, respirer profondément, écrire, dessiner, cuisiner, etc.

Rappelez-vous ! Il vaut mieux REPONDRE (posément) que REAGIR (impulsivement) ! Sinon vous risqueriez de le regretter ensuite …

Donc pensez à vous organiser pour ouvrir cette enveloppe, qui contient le bulletin, ou cette copie du contrôle, loin de votre enfant. Vous pouvez vous isoler dans votre chambre par exemple ou l’envoyer lui dans la sienne.

Vous pouvez aussi vous y préparer en regardant les Espaces Numériques de Travail (Pronote , Liberscol, Ecole Directe, etc) avant qu’il ne rentre.

Etape 2 : se poser la bonne question

Tout le monde ne réagit pas avec la même intensité face à une mauvaise note ou à une mauvaise appréciation.

Certains vont considérer que leur enfant aurait pu agir autrement et retourner leur colère contre lui :

« il le fait exprès ! »

« avec tout ce qu’on fait pour lui ! »

  

D’autres vont se sentir terriblement coupables, impuissants et perdus :

« c’est de ma faute ! »

« je me sens impuissante ! »

« j’ai peur pour son avenir (professionnel, la suite de sa scolarité) ! »

Si c’est votre cas, si vous voyez dans cette (ces) mauvaise(s) note(s) autre chose qu’une difficulté à dépasser, je vous recommande de prendre encore plus de temps pour vous questionner avant de lui en parler.

Souvent notre première réaction cache autre chose : une réaction de colère peut cacher une sentiment d’impuissance ; une culpabilité débordante peut cacher un sentiment d’abattement.

Quand vous aurez trouvé votre vrai ressenti, vous pourrez, en même temps que vous aiderez votre enfant, avancer aussi sur votre route à vous, de parent. Il est important de comprendre ce qui se passe en vous pour que ce sentiment d’impuissance, d’ingratitude ou d’angoisse ne vienne plus entacher votre relation avec votre enfant.

Savoir ce qu’on ressent vraiment doit nous aider à avancer plutôt que de nous bloquer ! Les émotions sont là pour nous donner la route à suivre ! Pas pour nous mettre des bâtons dans les roues !

 

Etpae 3 : où sont les difficultés de votre enfant ?

Quand vous sentez que la tempête est passée, quand vous vous sentez prêt(e) à en parler sereinement avec votre enfant alors il est temps de discuter avec lui autour de ce bulletin ou de ce contrôle !

Un dialogue ouvert, éventuellement copie sous les yeux doit permettre de mettre en évidence ce qui bloque, ce qui pose souci. Attention ! Votre enfant ne pourra vraiment essayer d’identifier ses difficultés que s’il sent que vous cherchez à l’aider, à avancer et non que vous le jugez !

Voici quelques exemples de ce que peuvent signifier certaines appréciations ou mauvaises notes :

– « Manque de travail » → est-ce un manque de motivation, de confiance en soi ? Des difficultés à comprendre, à retenir ?

– des mauvaises notes en maths → les tables ne sont pas sues, les méthodes de géométrie ou de calcul ne sont pas appliquées ? Les bases des mathématiques sont à reprendre ?

– des difficultés en français : est-ce la lecture qui pose souci ? Ou plutôt des difficultés de compréhension ? Un blocage pour écrire ? Des difficultés en orthographe ?

– des difficultés en langues vivantes : le vocabulaire n’est-il pas appris ? Votre enfant est-il pénalisé car il ne participe pas en classe ? A-t-il des difficultés en grammaire française donc logiquement aussi en grammaire anglaise ?!

Il est évident que le plan d’action à mettre en place ne sera pas du tout le même selon chacun de ces cas !

Etape 4 : RECONFORTER, ENCOURAGER SON ENFANT

Votre enfant a besoin de savoir que vous l’aimez, que vous croyez en lui malgré cette mauvaise période.

Cela peut vous sembler évident. Mais bien souvent les enfants confondent notre mauvaise humeur suite à des faits (ici l’annonce d’une mauvaise note) avec un jugement de leur personne.

Donc surtout pas de phrase : « tu es fainéant ! Tu es incapable ! »

Disons-lui plutôt : «  je suis en colère car je croyais vraiment que tu avais retenu cette leçon ! «  ou « je suis triste parce que je vois que tu as toujours autant de difficultés. » Et on n’oubliera pas de rajouter : « mais ça ne change rien ! Je t’aime toujours autant ! ».

Etape 5 : REVOIR L’OBJECTIF, LA LIGNE D’ARRIVEE

Votre enfant a besoin de savoir où il va. Il a besoin d’être encouragé, récompensé. Il a besoin d’une motivation qui vient de l’extérieur tant qu’il n’en a pas trouvé une dans son fort intérieur.

Quand vous aurez identifié le problème (ou une partie du problème), fixez ensemble un but à atteindre.

Exemples :

– Participer plus en cours

– Mieux apprendre les leçons

– Prendre plus le temps de lire les consignes

Etape 6 : UN PAS APRES L’AUTRE

L’étape 5 permet de définir une ligne d’arrivée. Mais s’il est parti pour un marathon, il aura vraiment besoin de savoir où sont ‘les points de ravitaillement’ ! N’hésitez pas alors à décomposer l’objectif à atteindre en mini-étapes.

Exemples :

– Participer au moins une fois à chaque cours d’anglais

– Mettre une croix dans un tableau de défi chaque fois qu’une leçon est sue

– Surligner le verbe de chaque consigne au fluo

Etape 7 : VALORISER CHAQUE MINI-REUSSITE

Préparez-vous à ce que votre enfant ne réussisse pas tout de suite à atteindre son but. Préparez-vous à devoir passer outre la note ou les appréciations des professeurs au prochain trimestre qui ne seront peut-être pas encore au top. Regardez surtout le positif, les progrès réalisés !

Un climat détendu permet à la confiance de revenir et donc à votre enfant de s’ouvrir.

Plus il s’ouvrira, plus vous pourrez voir où sont réellement ses difficultés et ce qu’il faudra mettre en place pour les résoudre.

Pour partager c'est ici :

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 8 janvier 2019

    […] réussi à lui faire copier ses mots de dictée et pourtant, une fois encore, c’est la cata ! La dictée est complètement ratée ! Pas facile de rester zen […]

  2. 22 janvier 2019

    […] pour apprendre une leçon d’histoire rapidement et efficacement au CM et au collège. Fini les mauvaises notes au contrôle après des heures devant son cours d’histoire ! Dans cet article, je vous partage […]

  3. 16 février 2019

    […] bien en prenant du recul par rapport à cette note et en lui proposant un DEFI plus accessible pour la prochaine […]

  4. 16 février 2019

    […] qui constitue souvent une des premières raisons d’échec en conjugaison. Et alors là c’est la mauvaise note assurée […]

  5. 19 février 2019

    […] vous en avais déjà parlé dans mon article, comment réagir face à une mauvaise note. Une émotion, c’est comme une vague, ça ne dure pas. Elle arrive d’un coup et repart […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *