Redoublement scolaire : pour ou contre?

Que ce soit l’école qui vous en ait parlé ou vous qui l’envisagiez, vous voilà confrontés à cette question : un redoublement va-t-il rendre service à mon enfant ? Cela va-t-il l’aider pour la suite ?

Pas facile comme question … Surtout que l’on entend tout et son contraire autour de nous !

Alors pour vous aider à vous y retrouver et prendre la décision qui vous semble la plus pertinente,je vous propose un concentré d’informations pour y voir plus clair.

Textes officiels, étude sur l’efficacité du redoublement, autres alternatives à proposer, je passe tout en revue afin que vous puissiez vous faire une idée précise et ainsi, si c’est utile pour vous, vous positionnez pour ou contre le redoublement.

Quasiment interdits en 2014, réapparus en 2018, pas facile de savoir aujourd’hui où on en est sur cette question.

Ce que disent les textes officiels

Le code de l’éducation a été modifié par le bulletin officiel n°8 du 22 février 2018.

Dans ce texte, on peut lire que redoublement reste une possibilité quand les difficultés d’apprentissage sont importantes.

Il intervient quand d’autres formes d’aide ont été mises en place et ne se sont pas montrées efficaces.

Redoublement à l’école maternelle

Selon les textes, le redoublement à l’école maternelle est impossible sauf si un PPS (Projet Personnel de Scolarisation) est mis en place. Il y a donc nécessité d’un dossier à la MDPH (Maison des Personnes Handicapées).

Redoublement à l’école primaire

A l’école primaire, le redoublement peut être proposé par le Conseil des maîtres lorsque les difficultés d’apprentissage persistent malgré les aides mises en place. Il nécessite l’avis de l’inspecteur et l’accord de la famille.

Si la famille accepte le redoublement, il est effectif à la rentrée scolaire prochaine.

En cas de désaccord, le conseil des maîtres se réunit à nouveau et émet un nouvel avis.

Si l’école et la famille ne sont toujours d’accord, le dossier de l’enfant sera étudié en commission départementale d’appel.

Voici un résumé du déroulé des opérations :

procédure de redoublement à l'école primaire

Retrouvez aussi toutes ces explications en vidéo !

Redoublement au collège ou au lycée

La procédure est quasiment la même qu’à l’école élémentaire.

Le conseil de classe propose le redoublement qui est validé, ou non, par le chef d’établissement.

En cas de désaccord avec la famille, un nouvel avis est également émis. Si le désaccord persiste, le dossier passe aussi en commission d’appel second degré.

Procédure de redoublement au collège et au lycéeà l'école

Contrairement au précédent bulletin officiel de 2014, le redoublement devient moins exceptionnel et reste la responsabilité du conseil des maîtres à l’école primaire et du chef d’établissement en collège et lycée.

Reste à savoir maintenant si le redoublement est efficace.

Les personnes qui ont aimé cet article, ont aussi lu :
Retrouver la motivation quand tout va de travers pour son enfant à l’école

Ce qui dit la recherche sur l’efficacité du redoublement

Pour répondre à cette question, j’ai lu le rapport complet du CNESCO au sujet du redoublement.

Le CNESCO

Peut-être avant de continuer, deux mots sur le CNESCO pour que vous compreniez mieux quelles sont mes sources

Le Conseil national d’évaluation du système scolaire CNESCO) est une institution chargée d’une évaluation indépendante, créée par la loi d’orientation de 2013.

Il est composé de scientifiques, de parlementaires ainsi que de membres du Conseil économique, social et environnemental.

Le CNESCO mène une évaluation du système scolaire afin d’éclairer les divers acteurs de l’école et le grand public.

Revenons donc à la conférence du CNESCO sur le redoublement de 2014.

Présentation de l’étude

Dans la première partie du rapport, un état des lieux du redoublement en France et dans le monde est analysé.

Dans la deuxième partie, les chercheurs nous expliquent qu’il existe un consensus de longue date autour de l’inefficacité du redoublement. Ils nous présentent les résultats d’un quinzaine de recherches sur cette question.

Conclusions des études sur le redoublement

Toutes ces études arrivent globalement aux mêmes conclusions :

  • le redoublement peut être positif à court terme mais est le plus souvent négatif à long terme
  • il y a un risque de décrochage scolaire plus important : la probabilité d’accéder à la 3ème est plus faible chez les élèves ayant redoublé
  • les élèves ayant redoublé font en général des études moins longues, ils ont moins de diplôme dans le supérieur
  • pour un QI donné, les redoublants ont de moins bons résultats en mathématiques et en lecture que les non-redoublants
  • les redoublants ont une plus faible estime d’eux-même
  • ils sont plus fréquemment absents
  • ils ont plus souvent une attitude négative envers l’école

En dehors de l’inefficacité sur les résultats purement scolaires, ces études montrent également un effet négatif du redoublement en termes de motivation et de sentiment d’efficacité.

Concernant les effets positifs à court terme d’un redoublement au primaire, le rapport précise bien qu’il peut être efficace s’il est accompagné d’autres remédiations.

Dans une des études, on peut lire que les élèves redoublants réussissent mieux en mathématiques et en lecture l’année de leur redoublement que les élèves fragiles qui sont passés dans la classe supérieure. Mais, cet effet disparaît lors de la deuxième année, c’est-à-dire lorsque les redoublants doivent à nouveau apprendre au même rythme que les autres.

Cette même étude apporte également des éléments solides qui indiquent que les redoublants auraient progressé plus rapidement en mathématiques et en lecture s’ils n’avaient pas redoublé.

Les personnes qui ont aimé cet article, ont aussi lu :
apprendre des mots de dictée

Qu’en pensent enseignants et parents ?

Dans la deuxième partie de ce rapport du CNESCO, la question de savoir ce qu’en pensent les parents et les enseignants a été aussi étudiée;

Un sondage paradoxal

Un sondage de 2012 révèle que 70 % des parents et 64 % des enseignants interrogés sont d’accord avec la phrase « Le redoublement permet réellement à l’élève de rattraper son retard et d’être mieux préparé pour les classes supérieures ».

Ils sont toutefois une large majorité à penser que le redoublement pourrait « être remplacé par d’autres mesures plus efficaces et mieux adaptées, telles que l’accompagnement personnalisé pour les enfants en difficulté  » (77 %).

Le rapport parle donc de paradoxe de l’opinion public : le redoublement est une bonne chose, mais il est remplaçable par quelque chose de plus efficace.

Ce type de réponse indique que l’adhésion des parents au redoublement se fait faute de mieux.

Les avantages perçus du redoublement

Des fonctions de remédiation bien entendu !

  • revoir des bases
  • acquérir en maturité

Mais également des fonctions cachées :

  • rôle incitatif sur le travail (menace pour inciter l’élève à travailler)
  • gérer l’hétérogénéité des classes (un élève qui connaît le programme est censé être moins en difficulté)
  • ne pas paraître laxistes (un enseignant qui s’oppose au redoublement pourrait paraître complaisant avec les élèves en difficulté)
  • faire de la sélection

Comment le redoublement est-il accepté par les parents ?

  • peu s’opposent en Cp
  • souvent contesté en primaire
  • moins accepté dans les milieux « favorisés » que « défavorisés »

Les personnes qui ont aimé cet article, ont aussi lu :
Mes 3 meilleures astuces pour booster la confiance en soi de son enfant

La France dans le monde par rapport au redoublement

Taux de redoublants selon les pays

En 2012, 28 % des élèves Français âgés de 15 ans déclarent avoir déjà redoublé. Cette contreperformance place la France au 5ème rang des pays qui font le plus redoubler leurs élèves (OCDE, PISA 2012).

Seuls l’Espagne, le Portugal, le Luxembourg et la Belgique francophone présentent des taux de redoublement plus élevés.

A l’opposé, dans plus d’un tiers des pays de l’OCDE moins de 5 % des élèves ont redoublé à 15 ans (Royaume-Uni, Corée, Finlande, Suède, Danemark…).

Certains pays, comme le Japon, la Norvège ou l’Islande pratiquent la promotion automatique, c’est-à-dire qu’ils ont interdit cette pratique pédagogique. L’ensemble de ces pays ont mis en place un suivi plus individualisé des élèves et ont développé des alternatives au redoublement.

Enquête PISA et impact du redoublement

L’enquête PISA (Program for International Student Assessment) a été mise en place par l’OCDE en 2000 afin de mesurer la performance des systèmes éducatifs de pays participants (environ une soixantaine de pays pour l’édition 2013). Elle permet de comparer les compétences des élèves à 15 ans dans trois domaines : compréhension de l’écrit, culture mathématiques et culture scientifique. Chaque année, l’évaluation se concentre sur une compétence particulière (2000 : lecture – 2003 : maths – 2006 : sciences et ainsi de suite).

On peut ainsi évaluer les systèmes scolaires de ces pays et suivre leur évolution. Chaque pays sélectionne un échantillon d’élèves de 15 ans choisi de manière aléatoire et leur fait passer des tests écrits (questions à choix multiples et questions ouvertes).

La comparaison des résultats aux évaluations de PISA permet de montrer que le redoublement a des effets variables sur les performances scolaires des élèves selon les pays.

En effet, les pays à promotion automatique ont globalement de meilleurs résultats quelle que soit la matière (mathématiques, français ou sciences).

Concernant la France, son niveau moyen est semblable à la moyenne de l’OCDE (L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

De plus, ces analyses révèlent une importante disparité de performances entre les élèves dans les pays pratiquant le redoublement (différence entre élèves à l’heure et élèves en retard). En France, les élèves à l’heure à 15 ans (c’est-à-dire en seconde) ont des résultats parmi les meilleurs de l’OCDE, alors que ceux en retard d’un ou deux ans, ont de très mauvais résultats, bien inférieurs à la moyenne de l’OCDE.

La situation en France

Les deux principales raisons du redoublement en France :

  • des stratégies familiales de choix de l’orientation (pour contrer une orientation non désirée) → les classes les plus redoublées sont celles de 3ème, 2nde et 1ère générales et technologiques.
  • une lutte contre les difficultés scolaires → plus marqué en primaire, notamment à l’entrée dans les apprentissages premiers. Plus de 7 % des élèves redoublent les classes de CP ou de CE1

Ce redoublement très précoce s’impose comme une spécificité française. Dans l’Union européenne, plus d’un tiers des pays interdit le redoublement au primaire.

Evolution

En réalité, le système scolaire français part de très loin. En 2009, le taux d’élèves ayant déjà redoublé à 15 ans était plus élevé de quasiment 10 points. À cette époque, la France était réellement la championne du redoublement dans les pays de l’OCDE. Mais elle est également le pays membre dont le taux de redoublement a le plus diminué entre 2009 et 2012.

De plus, le redoublement avait déjà fortement diminué en France. Dans les années 1970, près d’un élève sur 5 redoublait son CP et 1 élève sur 7 son CM2. Ces taux de redoublement ont diminué de façon assez linéaire jusqu’à la fin des années 80.

Des années 1990 à 2010, les taux déjà bas n’ont que très peu diminué (2 points en 20 ans).

Le redoublement : inégal selon les filières

Il existe de fortes disparités entre les voies au niveau du lycée :

  • en seconde de lycée général et technologique, seulement 19 % des élèves sont en retard
  • 57 % en seconde professionnelle
  • 82 % en première année de CAP.

Le redoublement : inégalement pratiqué sur le territoire

Le redoublement n’est pas uniformément pratiqué sur le territoire.

Il existe des écarts importants dans le taux d’élèves en retard suivant les académies comme le montre la carte ci-dessous :

En 2013, le taux de retard moyen à l’entrée en 6ème est de 11.4 % sur toute la France. Il est plus faible dans toutes les académies de l’ouest de la France mais reste plus important dans les académies du nord et du sud.

Pour confirmer cette inégalité sur le territoire, j’ai demandé aux membres d’un groupe Facebook d’enseignants spécialisés dans le premier degré, comme moi, comment ça se passait dans leurs départements.

Les réponses ont été très variées. Le redoublement est

  • décidé en conseil des maîtres
  • sur avis de l’inspecteur
  • sur avis d’une commission
  • refusé systématiquement par l’inspectrice si pas de handicap connu

Pour finir, je vais revenir aux rapports des chercheurs pour vous présenter rapidement ce qui est mis en place comme alternatives au redoublement dans les autres pays.

Quelles alternatives au redoublement ?

Des dispositifs pour donner une seconde chance aux élèves

  • Le rattrapage de fin d’année : La quasi-totalité des pays européens, à l’exception de trois d’entre eux dont la France, offre aux élèves pour lesquels un diagnostic de redoublement a été établi, la possibilité de passer des épreuves supplémentaires en fin d’année scolaire (notamment écrites) ou au début de la suivante afin de rattraper les notes jugées trop faibles par l’équipe enseignante.
  • La promotion conditionnelle : elle permet à un élève de passer dans la classe supérieure en contrepartie du suivi d’un programme de rattrapage dans la matière pour laquelle ses résultats ont été considérés comme insuffisants.
  • Les écoles d’été : Les écoles d’été permettant aux élèves ayant quelques faiblesses de combler leurs lacunes pendant les vacances d’été et de repasser un examen en septembre afin de pouvoir être promus
guide offert aider son enfant à apprendre et réussir

Des organisations de la classe moins propices au redoublement

  • L’organisation pluriannuelle des programmes scolaires (cycles scolaires)
  • Taille des classes et performances : en théorie, les classes à effectifs réduits peuvent permettre aux enseignants de modifier leur pédagogie en consacrant davantage de temps, d’attention à chaque élève. La probabilité d’avoir des élèves perturbateurs dans une classe étant également plus faible lorsque le nombre d’élèves est réduit, les petites classes risquent moins de souffrir de problèmes d’indiscipline, qui peuvent, par ailleurs, être résolus plus facilement.
  • Looping et classe multi-âges : la pratique du looping, qui consiste, pour une même classe, à conserver le même enseignant pendant plusieurs années, apparaît comme une pratique efficace pour intégrer les différences individuelles d’apprentissage et de développement dans la pédagogie des enseignants. En suivant les élèves plusieurs années de suite, les enseignants peuvent « répondre aux besoins et comprendre les forces de chaque élève ». Ce type d’organisation s’inscrit particulièrement bien dans un système scolaire organisé en cycles. Il est d’ailleurs massivement pratiqué en Finlande, en Belgique et dans certains États américains

Prévenir les difficultés scolaires, ou comment rendre le redoublement contingent ?

  • Les interventions dès la maternelle pour limiter le redoublement au primaire Les interventions précoces visent à favoriser la réussite des élèves dès le plus jeune âge. En effet, des programmes de soutien peuvent être mis en place dès la maternelle afin de prévenir les risques de redoublement et de s’assurer de l’acquisition des compétences et des connaissances de base en lecture et en écriture pour pouvoir suivre l’année suivante
  • Des activités de soutien scolaire gratuit intervenant en complément des cours habituels semblent être de bonnes alternatives pour améliorer les performances des élèves et donc réduire le risque de redoubler
  • La prévention de l’échec scolaire : suivi individualisé et apprentissage coopératif : certains pays scandinaves (Finlande, Islande, Norvège…) ou asiatiques (Japon, Corée…) ont supprimé le redoublement dans le cadre d’une révolution pédagogique globale de leur système scolaire. Ils ont mis en place : un suivi individualisé des élèves, un enseignement coopératif et un tutorat entre élèves, le développement des relations avec les parents. Ces organisations scolaires sont associées à des performances scolaires de haut niveau dans PISA

Conclusion

Bon, voilà, je pense avoir fait le tour de la question du redoublement. En tout cas, j’espère vous avoir donné suffisamment d’éléments pour réfléchir à cette question si votre enfant est concerné. Si l’école, le Textes officiels, chiffres des études et autres alternatives, vous avez tous les éléments en main si l’école ou le collège vous le propos ou si c’est vous qui y pensez.

Retrouvez toutes ces informations en vidéo !

Vous pouvez aussi tout à fait rejoindre le groupe Facebook de Kap Réussir pour pouvoir échanger avec d’autres parents sur cette question avant de vous décider.

Alors ? Où en êtes-vous maintenant après tout ça ? Pour ou contre le redoublement ? N’hésitez pas à donner votre avis, à raconter votre cas dans les commentaires !

guide offert aider son enfant à apprendre et réussir
Pour partager c'est ici :
0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.