Changement d’école : aider son enfant à bien le vivre

Que ce soit suite à un déménagement, une orientation, un changement de situation familiale ou pour toute autre raison, votre enfant va très prochainement changer d’école. Désireux de le préparer au mieux à vivre ce changement, cet article est fait pour vous !

Mon blog s’adresse aux parents qui veulent aider leurs enfants à apprendre et réussir. Mais si c’est TOI, enfant, ado qui change d’école, cet article est aussi fait pour toi ! Tu m’excuseras juste d’utiliser l’expression « votre enfant » … Et tu la remplaceras bien évidemment par « tu » …

Quand annoncer ce changement d'école à mon enfant ?

Et oui, c’est sans doute la première question que vous vous posez !

Quand lui annoncer qu’il va changer d’école ?

Cela va dépendre de beaucoup de choses …

Est-il concerné par la prise de décision ?

C’est le cas suite à une décision d’orientation par exemple. Par contre, s’il s’agit d’une séparation des parents ou d’une mutation professionnelle, votre enfant n’aura sans doute pas son avis à donner …

Dans tous les cas, qu’il soit concerné ou non par la prise de décision, je recommande de lui annoncer avant son départ. Nous verrons un peu plus loin qu’il est important qu’il ait le temps de dire au revoir, d’accepter ce changement et de se projeter, d’anticiper dans sa nouvelle vie dans sa nouvelle école.

Il va lui falloir du temps pour intégrer ce changement !

Ce temps sera plus ou moins long selon l’âge de votre enfant, selon les circonstances et le désir de changer.

Il n’y a donc pas de règle générale concernant le « quand annoncer ? ». Mais dans tous les cas, il est important de ne pas faire de cachotteries devant l’enfant.

Si le changement d’école et de situation familiale qui va avec (séparation, mutation, déménagement, etc) est un sujet qui préoccupe la famille, il sera sans doute difficile de tenir son enfant à l’écart. Dans tous les cas, il le sentira et risquera de vivre encore plus mal ce changement s’il se sent tenu à l’écart. N’hésitez pas à lui parler de ce qui se prépare, de ce qui vous préoccupe …

Les phases du changement

Depuis le moment de l’annonce du changement d’école (ou depuis la prise de décision) jusqu’aux premières semaines après la rentrée, votre enfant est amené à passer par plusieurs phases émotionnelles. On parle alors de courbe du changement. Ce sont à peu près les mêmes étapes que l’on retrouve dans un deuil. Deuil réel (la perte d’un être cher) ou symbolique (la perte de quelque chose d’important).

Ces phases émotionnelles sont normales, importantes, saines, utiles et pas dirigées contre vous.

Donc il est important de les repérer, de leur laisser la possibilité d’exister et de les accompagner.

Voyons cette courbe d’un peu plus près.

changer d'école - préparer ce changement

Reprenons ces phases une à une.

Le déni

Vous avez expliqué hier à votre enfant qu’il allait changer d’école à al rentrée. Ce soir, au cours du dîner, il commence sa phrase en vous disant « l’année prochaine quand je serai chez Mme Machin … ». Vous vous demandez ce qui se passe ! A-t-il bien compris qu’il ne serait plus dans cette école ?!!

Oui, tout à fait. Mais son cerveau ne l’a pas encore intégré. 

C’est ce qu’on appelle le déni.

Inutile donc de lui demander s’il est bête, sourd ou borné ! Laissez-lui juste un peu de temps.

changement d'école - le déni

La colère

Jusque là, votre enfant semblait prendre plutôt bien la nouvelle. Et là, ce soir, d’un seul coup, le voilà qui se met dans une colère noire ! Cris, coups, insultes … tout peut être possible à ce stade ! Là encore, c’est une étape normale !

Je vous suggère donc de ne pas prendre cela pour vous ou pour de la provocation, du défi. Votre enfant est en colère contre la situation. Il vient de réaliser qu’il allait devoir quitter un endroit connu, même si cet endroit n’était pas agréable, pour aller vers l’inconnu. Sa colère exprime donc là sa frustration de ne pouvoir poursuivre dans sa zone de confort …

changement d'école - la colère

La négociation

Bon, ce coup-ci, vous ne comprenez définitivement plus rien ! En colère hier, le voilà aujourd’hui mielleux à essayer de vous faire changer d’avis !

Et d’ailleurs peu importe que ce soit lui ou vous à l’origine de ce changement d’école !

Votre enfant, à ce stade, réalise tout ce qu’il va perdre et croit encore qu’il peut faire marche arrière.

Très tentant alors devant son air de cocker malheureux de se culpabiliser ou d’être tenté de revenir sur la décision.

Une décision n’est jamais facile à prendre. On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on trouve, comme dit le proverbe. Cette étape de la négociation, appelée aussi du marchandage, est donc inévitable. 

N’écoutez pas vos doutes, votre culpabilité et dites-vous que cela va aller mieux très prochainement ! Soyez droit dans vos bottes !

La peur

La peur est en général la quatrième étape dans la courbe du changement.

C’est une émotion comme les autres qu’on ne sait bien souvent pas gérée.

Très souvent tentés de dire : « mais non, voyons, n’aies pas peur ! », il nous est difficile de la supporter. Or, elle a son rôle  comme les autres émotions. C’est elle qui nous informe de la présence d’un danger, qui nous apprend à nous préparer à l’inconnu. 

 

changement d'école - la peur

N’empêchez donc pas votre enfant d’avoir peur. Apprenez- lui plutôt à identifier cette peur et à y faire face :

  • « je vois que tu as peur mais je te fais confiance. Je sais que tu as les ressources pour y faire face »
  • « qu’est-ce qui pourrait  à dépasser ta peur ? »

Et comme nous le rappelle Isabelle Filliozat dans son livre Au coeur des émotions de l’enfant, « les enfants dont on méprise systématiquement la peur ne deviennent pas des adultes ouverts et courageux. »

Si vous souhaitez acquérir ce livre, il s’agit ici d’un lien affilié, merci !

Pour l’aider à traverser sa peur, vous pouvez lui :

  • parler d’un moment de votre vie où vous avez ressenti aussi cette même peur de changer d’endroit
  • rappeler un autre moment de sa petite vie où il a su faire face à un changement

Une fois sa peur entendue, acceptée, vous pourrez alors, et seulement à ce moment l’aider à chercher les informations nécessaires qui peuvent le rassurer …

La tristesse

Après la peur, la tristesse est sans doute l’émotion la plus difficile à supporter chez nos enfants. Nous avons tellement à cœur de protéger notre enfant de toute souffrance, que nous ne pouvons tolérer ses larmes … « Allez soit fort, ne pleure pas ! » ou encore « Pense à autre chose et ne pleure plus ! » sont des phrases que nous sommes souvent amenés à leur dire.

Or, comme la peur, la tristesse est une émotion qui a également un rôle important. Elle nous permet de faire face à une perte, de passer à autre chose. Il est donc important de laisser du temps à son enfant pour passer cette étape et si besoin pouvoir l’extérioriser, l’exprimer. Je citerai encore Isabelle Filliozat « pleurer permet d’expulser les toxines libérées par la peine. »

Que pouvons-nous faire alors …

Et bien, simplement, être là. Ouvrir nos bras et notre cœur pour consoler notre enfant. L’écouter nous raconter ce qu’il va perdre en changeant d’école. Avoir à l’esprit sans toutefois lui dire, que cela ne va pas durer, qu’il connaîtra à nouveau la joie …

changement d'école - la tristesse

La joie

Allez savoir pourquoi, à un moment, un déclic va se produire. Votre enfant sera alors en pleine remontée dans cette courbe du changement.

Fini colère, peur et tristesse ! Place à :

  • l’acceptation
  • l’essai
  • la sérénité

Profitez à ses côtés de ces bons moments ! Célébrez-les ! Partagez-les !

Et surtout, pensez à lui montrer, à lui rappeler qu’il s’en est sorti, qu’il a les ressources en lui d’y arriver ! Cela lui servira pour la prochaine fois …

changement d'école - la joie

Parent, ne communiquez pas votre stress

Voilà, nous avons fait le tour des étapes du changement. Enfin de ce que VOTRE enfant peut vivre ! Mais à côté de tout ça, il y a ce que vous ressentez vous … Vous aussi vous pouvez passer par des étapes de colère, peur, stress ! Pas toujours facile d’y faire face et de ne pas les communiquer à son enfant …

Pour cela, je vous suggère :

  • de prendre soin de vous au maximum
  • de croire en lui : « il a les ressources nécessaires pour y arriver »
  • de ne pas rester seul(e), de trouver un maximum de soutien autour de vous

 

Laisser du temps

Vous l’aurez sans doute trouver tout seul : passer toutes ces étapes prend du temps.

Vous comprenez sans doute maintenant pourquoi il est important de dire suffisamment tôt à son enfant qu’il va changer d’école. Si vous voulez qu’il ait bien le temps de se préparer à ce changement, qu’il soit fin prêt pour sa rentrée, anticipez !

Pour bien vous imprégner de cette courbe du changement, je vous propose maintenant de reprendre tout cela rapidement en vidéo. Image, texte et vidéo, de quoi vraiment bien intégrer ce processus !

Maintenant que nous avons vu les étapes d’acceptation d’un changement, voyons quelques petits conseils pratiques qui peuvent aider votre enfant à bien vivre ce changement d’école et mieux s’intégrer dans sa nouvelle école.

Changement d'école : conseils pratiques

Prendre le temps

  1. Prendre le temps, si possible de finir l’année scolaire.
    Si ce n’est pas possible, le mieux serait tout de même de permettre à votre enfant de changer d’école au moment de petites vacances scolaires. Et si ce n’est pas non plus possible, faites le changement sur un week-end plutôt qu’en milieu de semaine.

  2. Prendre le temps de dire au revoir :
    – faire une petite fête
    – exprimer sa gratitude,son ressenti, son émotion
    – et aussi, parfois,exprimer son désaccord, son ressentiment (je vous raconte à ce sujet une petite anecdote d’une jeune que j’aide dans la vidéo ci-dessous)

Visiter l'école, le quartier

Si vous avez la possibilité de prendre RDV pour visiter la nouvelle école, le nouvel établissement, votre enfant n’en sera que plus rassuré !

Si ce n’est pas possible, vous pouvez toujours :

  • aller faire un tour autour ; regarder l’extérieur, le quartier environnant
  • regarder sur internet si vous trouvez une page Facebook ou un blog qui présente l’établissement
  • faire le chemin du domicile jusqu’à l’école. A pied ou en bus selon ce qui attend votre enfant. Voir même en train !

Ce sont ici quelques petits conseils qui peuvent vous paraître ridicules ou inutiles mais, je vous assure, pour avoir accueilli pendant plus de 20 ans des nouveaux élèves à chaque rentrée de septembre, que ce sont ce genre de détails qui permettent d’être plus détendu à la rentrée !

Dans le même ordre d’idée, n’hésitez pas à l’emmener manger dans un self ! En effet, quand l’enfant passe de l’école primaire au collège par exemple, il passe fréquemment d’une cantine traditionnelle à un self. Encore un changement qui peut contribuer à rajouter du stress ! Habituez-le donc à s’occuper de son plateau du début jusqu’à la fin du repas !

Vous aimerez peut-être aussi découvrir :

Découvrir les MFRLa SEGPA expliquée aux parents

Préparer son matériel, sa tenue

Là aussi, rien de plus stressant que de ne pas avoir toutes ses affaires le premier jour ! Rien de tel pour se faire remarquer …

Pensez donc à vérifier quelques jours avant la rentrée avec votre enfant qu’il a bien tout le matériel nécessaire.

Pensez aussi à préparer la tenue du jour J ! La première impression est souvent importante. Mais vouloir être bien habillé ne doit pas empêcher  d’être confortable dans ses vêtements. Donc je vous recommande de porter les nouveaux vêtements, nouvelles chaussures au moins une ou deux fois avant la rentrée.

Adopter une attitude positive

Que votre enfant soit un nouveau parmi un groupe de nouveaux ou LE NOUVEAU de la classe, le mieux pour s’intégrer au groupe et se faire de nouveaux amis est sans aucun doute d’aller vers les autres. Mais pas toujours facile à faire !

Votre enfant osera ou n’osera peut-être pas aller vers les autres. Dans tous les cas, voici trois petits conseils qui peuvent l’aider à se faire plus rapidement des connaissances :

  • penser à sourire
  • rester ouvert, tourné vers les autres et non , recroquevillé dans un coin
  • et si possible aller parler aux autres.

Parler de tout ce qui concerne la nouvelle école, le nouvel établissement. C’est un sujet plus facile, moins engageant que de parler de soi, de sa famille ou de ses loisirs. Là tout le monde est concerné. C’est un sujet qui fédère, qui regroupe :

  • Où se trouve telle salle ?
  • A quelle heure commence/finit …?
  • Qui s’occupe de … ? »

Voici le genre de questions qui permet d’engager la conversation plus facilement.

Gérer son stress

Il peut arriver que, malgré tous ces efforts de préparation, le stress envahisse votre enfant le jour de la rentrée. Je vous suggère alors de lui apprendre quelques exercices de respiration et/ou, pourquoi pas, de méditation.

Pour cela je vous renvoie à l’article de mon blog gérer son stress avant un examen. En effet les techniques utiles pour le stress avant examen fonctionnent aussi pour le stress lié à un changement d’école ! 

Retrouver tous ces conseils pratiques dans la vidéo  ci-dessous :

Quand s'inquiéter ?

Avec tous les conseils pratiques donnés juste au-dessus et le rappel des étapes d’acceptation d’un changement, vous avez entre les mains toutes les cartes pour que ce changement se passe le mieux possible pour votre enfant !

En temps que parent, vous avez vite tendance à vous inquiéter au moindre signe. Et c’est tout à fait normal !

Mais comme je l’ai dit plus haut, il faut vraiment du temps pour s’habituer à un changement.

Si votre enfant arrive dans sa nouvelle école à la rentrée de septembre, je dirais donc qu’il est inutile de s’inquiéter avant les vacances de Toussaint. A ce moment-là, si rien ne semble se décoincer (au niveau des apprentissages, des copains, de la vie à l’école, etc ), il sera alors temps de proposer de l’aide à votre enfant.

Allez rencontrer ces professeurs, le CPE au collège ou au lycée, un moniteur ou un éducateur.

Discutez avec votre enfant mais attention ! La question « pourquoi ne te sens-tu pas bien dans ta nouvelle école ? » risque de le coincer plus que de l’aider !

Demandez-lui plutôt de quoi il aurait besoin pour se sentir bien.

Et si malgré tout ça, ça ne va toujours pas, n’hésitez pas à l’emmener voir un psychologue qui pourra, peut-être en une ou deux séances, l’aider à débloquer ce qui coince.

Pour conclure

Vous voilà maintenant bien équipé pour aider au mieux votre enfant à bien vivre son changement d’école !

Vous l’avez vu, cela prend du temps et n’est pas toujours facile … Alors, avant d’en arriver à une situation compliquée, le dernier conseil que je peux vous donner est de ne pas rester seul(e) pour accompagner votre enfant sur ce chemin de l’adaptation.

N’hésitez pas à rejoindre une association de parents, un groupe Facebook de parents aussi par exemple.

Et surtout, surtout, si vous avez une question, envie d’échanger, voici les moyens pour rentrer en contact avec moi :

Cet article vous a intéressé ? N’oubliez pas, pour être tenu au courant des prochaines publications de :

Pour partager c'est ici :
0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.