Apprendre à lire : LA méthode efficace pour aider son enfant

une méthode de lecture pour aider son enfant

Votre enfant est en CP ou CE1, voir au-delà et vous constatez qu’il peine à rentrer dans la lecture. Ou alors, votre enfant est en maternelle et vous le sentez prêt à lui apprendre à lire. Dans cet article, nous allons voir comment l’aider à apprendre à lire. Je vais vous présenter LA méthode qui fonctionne pour chacun des élèves en difficulté que j’aide à apprendre à lire. Nous verrons les 4 étapes de cette méthode de lecture que vous pouvez tout à fait utiliser à la maison, en support unique ou en complément de ce qui est fait en classe.

Présentation de la méthode utilisée

Il s’agit de la méthode phonétique et gestuelle inventée par Suzanne Borel-Maisonny et reprise dans son livre Bien Lire aimer lire par Clotilde Silvestre de Sacy.

Le principe de cette méthode est d’associer à chaque son de la langue française (chaque phonème) un geste pour mieux le mémoriser.

Voici quelques exemples tirés du livre Bien lire aimer lire :

son voyelle méthode Borel
son CH méthode Borel
son F méthode Borel

Quel intérêt d’associer un geste à chaque son ?

Un son est quelque chose de « volatile », d’éphémère que nous ne pouvons pas mettre sur papier pour mieux mémoriser.

En musique, on a donc inventé les notes. L’idée de Mme Borel-Maisonny, orthophoniste, a donc été, sur le même principe, de faciliter l’apprentissage de la lecture en associant un geste à un son et ce , quelles que soient les façons d’écrire ce son.

un geste pour un son quelque soit la graphie

Cette méthode, utilisée au départ dans le cadre de rééducations – Mme Borel-Maisonny était orthophoniste- est aujourd’hui utilisée aussi bien :

    • pour un apprentissage systématique de la lecture
    •  qu’en rééducation, soutien ou aide (c’est mon cas ! Je l’utilise dans le cadre de mon travail en RASED !)

Regardons maintenant d’un peu plus près les avantages de cette méthode, le ‘pourquoi’ elle fonctionne aussi bien avec des élèves en difficulté et aussi pourquoi elle peut être utilisée comme méthode d’apprentissage de la lecture.

Les avantages de cette méthode

Le fait d'associer à chaque son un geste va permettre de mieux :

  • mémoriser les correspondances lettre/son
  • comprendre le principe de la combinatoire (le fameux b+a = ba)
  • différencier lettre et son
  • comprendre qu’une lettre peut faire plusieurs sons et à l’inverse, un son peut s’écrire de plusieurs manières
  • identifier une suite de lettres (= graphie comme le eau de chapeau) comme une entité = un son
  • éviter des confusions de sons [k] et [g] par exemple ou de syllabes (pal/pla)

Mais c'est une vieille méthode !

Et oui ! Elle a été créé en 1960 ! Heureusement elle a été régulièrement réactualisée. La dernière version de 2018 présente enfin des enfants issus de différentes ethnies.

Mais alors, si elle continue d’être réactualisée plus de 50 ans après sa première parution, cela ne voudrait-il donc pas dire qu’elle est un tant soit peu efficace ?

Suzanne Borel-Maisonny a su passer au travers des querelles de méthode.

Validée par les neurosciences

Stanislas Dehaene :

Les personnes qui apprennent avec une méthode alphabétique-phonique entraînent le circuit de l’hémisphère gauche qui est le circuit universel efficace de la lecture

Les dernières déclarations des neurosciences valident tout à fait son entrée par l’aspect phonique (les sons). Voici par exemple les propos de Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS, recueillis par le Figaro :

«La méthode syllabique a fait ses preuves, mais ce n’est pas la seule. Il faut surtout que ce soit une «méthode phonique», qui associe la lettre et le son. 

Et les programmes dans tout ça ?

Cette méthode est tout à fait compatible avec les programmes et recommandations ministérielles puis qu’on retrouve dans les programmes :

Établir les correspondances graphophonologiques ; combinatoire (produire des syllabes
simples et complexes).
– Il fusionne les graphèmes étudiés pour lire des syllabes et des mots.
– En lien avec le décodage, il encode avec exactitude des syllabes et des mots réguliers dont
les graphèmes ont été étudiés.
 Mémoriser les composantes du code.
– Il connaît l’ensemble des correspondances graphèmes-phonèmes.
– Il décode avec exactitude les mots nouveaux ainsi que ceux dont le décodage n’a pas encore
été automatisé.

Comment utiliser cette méthode à la maison ?

Les bases en 4 étapes

ETAPE 1 : associer sons et gestes

Quand je fais découvrir cette méthode à des enfants, que ce soit dans le cadre d’une approche de la lecture ou d’une aide spécialisée lorsque l’apprentissage patine, je commence toujours par leur présenter les gestes sans les lettres associées.

    • On apprend le geste du [a], du [i], du [o], etc. Vous l’aurez compris, je commence par les sons voyelles.
    • Puis j’introduis les gestes des sons consonnes.

 

Tout cela sans parler de lettres, sans associer de lettre avec le geste et le son !

On peut alors utiliser ces gestes dans des jeux de phonologie,comme par exemple  :

    • trier les mots où on entends [i] …
    • chercher où se trouve le son dans un mot (au début, au milieu, à la fin)
    • transformer toutes les voyelles d’un mot par la voyelle donnée (ex : montrer l’image du son  [a] -> éléphant devient alapha)

La découverte de ces gestes va se faire en reproduisant les gestes que je montre. Puis j’introduis les cartes tirées de Bien lire aimer lire. Je demande alors de reproduire le geste donné.

ETAPE 2 : fabriquer des syllabes

Une fois que les enfants sont à l’aise avec les gestes, qu’ils savent associer la plupart des gestes avec les sons correspondants, nous commençons à fusionner.

Fusionner ou combiner, c’est prendre deux sons pour fabriquer une syllabe.

Pour fabriquer les syllabes, on demande à l’enfant de réaliser les gestes en commençant bien par la main gauche et/ou de prendre les cartes nécessaires.

Donc on fabrique des syllabes demandées ou on ‘lit’ les syllabes fabriquées par le parent avec les cartes Borel-Maisonny ou à partir directement des gestes que le parent réalise (attention ! Si vous êtes face à votre enfant, commencer bien par la main droite pour qu’il voit le premier son à gauche !)

Dans l’exemple ci-dessous, les sons [r] et [o]  forment la syllabe [ro].

syllabe à partir des gestes Borel

Si tout cela vous paraît un peu abstrait, si vous avez l’impression de ne rien comprendre, d’être perdu, allez vite voir ma vidéo où je vous montre tout cela et revenez lire la suite après !

ETAPE 3 : mémoriser les correspondances sons+ gestes / lettres

La troisième étape, à mener en parallèle de la deuxième va être  d’associer à chaque son+ geste, une lettre.

J’utilise alors la formule, que nous avons appelé ‘formule magique’ (!) : la lettre F fait le son [f] comme dans fantôme.  Fantôme est notre mot-repère, celui qui nous fait penser à [f]. Je vous recommande, si vous utilisez cette méthode en complément de ce qui est fait en classe  d’utiliser les mots-repères de la méthode de lecture. Sur notre Réseau d’Aide, comme nous intervenons sur plusieurs écoles avec plusieurs méthodes de lecture, nous avons opté pour les mots-repères de la boîte à outils pour l’apprentissage du code, Ed. Retz.

Si vous utilisez la méthode Borel-Maisonny pour un apprentissage de la lecture à la maison, vous pouvez utiliser cette boite ou alors les Alphas comme la maman de Luce qui en parle très bien dans son article.

A vous de faire preuve de créativité pour aider votre enfant à mémoriser ces correspondances : jeux de lotos, de dominos, de mémorys, il est tout à fait possible de varier les jeux pour mémoriser les correspondances.

ETAPE 4 : les gestes comme aide-mémoire

Bon, arrivés à cette étape, vous avez vu avec votre enfant :

    • le principe de la combinatoire (b+a= ba)
    • l’association entre lettres et sons+gestes

Votre enfant est donc prête à lire et écrire des syllabes écrites (avec des lettres !) cette fois-ci et non plus fabriquées à partir de gestes !

L’étape intermédiaire va être de lui laisser les gestes (au verso des cartes lettres par exemple) ou toutes regroupées sur un sous-main, un abécédaire.

Et on s’entraîne ! Beaucoup de fois ! Suzanne Borel-Maisonny le disait déjà et les neuroscientifiques le confirment : un entrainement régulier, méthodique est la clé du succès ! Comme le sportif avant sa course ou le musicien avant son concert …

Arrivé à ce stade, votre enfant doit être en capacité de lire et écrire des syllabes simples avec une consonne et une voyelle. Corsons un peu la chose en proposant … des syllabes inversées : voyelle-consonne (ex : ar, ol,…)

Puis nous pourrons ensuite passer aux difficultés du code dans un deuxième temps, lorsque ces premières connaissances seront bien installées.

Une méthode pour dépasser les difficultés de lecture

Les confusions de sons

Je trouve cette méthode phonétique et gestuelle très utile également pour permettre à l’enfant de distinguer les sons qui se ressemblent. Vous êtes sans doute comme moi, pas familier de l’alphabet phonétique international donc je vous les écris avec les lettres …

    • [b]/[p]
    • [d]/[t]
    • [k]/[g]
    • [f]/[v]
    • [j]/[ch]

Avec mes élèves, utiliser les gestes, les cartes des gestes leur permet de bien faire la distinction entre deux sons proches. 

L’utilisation des mots-repères dont il était question un peu plus haut s’avère bien utile aussi.

Les sons complexes

Une fois les bases de la lecture-écriture installées, nous passons aux sons complexes !

Vous avez, ceux qui s’écrivent avec plusieurs lettres ou des lettres accentuées.

Et bien, on utilise à nouveau les mêmes jeux pour mémoriser les différentes graphies (ce sont les écritures) d’un son. Exemple : le [o] qui peut s’écrire o, au ou eau.

Les lettres qui font deux sons

Nous avons donc vu jusqu’ici deux grands types d’activités :

    • la combinatoire pour fabriquer des syllabes (les lire, les écrire)
    • la mémorisation des correspondances entre sons et lettres ou sons et graphies complexes.

Une autre activité importante à mener à chacune des deux étapes (sons simples et complexes) va être de bien faire prendre conscience à l’enfant de la différence entre sons et lettres.

Exemples :

    • montre-moi les trois lettres qui font [k]
    • quels sont les deux sons que fait la lettre C ?
    • combien de sons s’écrivent avec un A (au, ain, ai, an -> 4 !)
    • quelles sont toutes les façons d’écrire le son [in] ?

Pour construire des bases solides par la suite en orthographe, il est impératif que votre enfant fasse bien cette distinction entre son et lettre. Il est également important qu’il comprenne que notre système est complexe et qu’il en s’agit d’un « un pour un » (un son pour une lettre et vice versa).

Vous pourrez alors lui expliquer que la seule façon de savoir si un mot s’écrit avec in, ain ou ein, c’est de l’apprendre !

Mais là, on passe du côté de l’orthographe et c’est une autre histoire …

Quelques règles pour réussir

Donc pour résumer, les étapes ci-dessus, quelques éléments à retenir :

    • un entrainement régulier est indispensable (5 mn de lecture et 5 mn d’écriture chaque jour)
    • une fréquentation rapide des correspondances lettres/sons : il est inutile d’attendre qu’ils soient tous mémorisés pour en montrer de nouveaux ou pour commence rà combiner
    • avancer plusieurs étapes en même temps : l’apprentissage des gestes et la correspondance lettres/sons ; ou bien les correspondances et la combinatoire ; l’idée est de ne pas focaliser sur une seule étape à la fois.

Ces recommandations me semblent incontournables. Maintenant, le mieux est vraiment d’acquérir le livre de base ou toute la méthode pour bien s’en imprégner ou d’utiliser ces gestes UNIQUEMENT en complément de ce qui est fait en classe et d’avancer au même rythme que la classe.

Surtout pas plus vite ! Votre enfant risquerait de s’ennuyer et donc décrocher ensuite en classe. Retrouvez d’ailleurs ma vidéo qui présente quelques autres activités pour aider son enfant en CP à faire sa lecture le soir !

Et vous comment procédez-vous pour aider votre enfant ? Utilisez-vous cette méthode ? Une autre ? Racontez dans les commentaires.

Et pour rester en contact

.

Pour partager c'est ici :
0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.